L’accompagnement du deuil


Ne plus devoir l’oublier mais continuer à aimer !

 

Pourquoi la mort estelle si difficile à accepter ?
Nous humains, avons besoin de liens avec le vivant pour nous réaliser, faire en sorte d’expérimenter la vie. Lorsque nous perdons un membre de notre famille, un ami ou un partenaire, notre perception du monde et de nous-mêmes est gravement perturbée.

Le deuil se déroule de manière très individuelle, chacun réagit à sa manière, c’est une réaction émotionnelle qui découle d’une violente secousse intérieure.

Cette réaction de deuil est plutôt un essai pour trouver une solution, un processus d’adaptation pour gérer cette perte avec laquelle nous devons désormais construire notre nouvelle vie.

Le deuil varie selon la relation que nous avons eu avec le défunt, mais aussi les circonstances de son départ, accident, maladie grave, voire un suicide.

Le travail de deuil dépend aussi des expériences déjà vécues face à cet événement, qu’est la mort 

De nos jours la vie active nous laisse que très peu de temps pour vivre ce processus.

Les amis ou la famille sont parfois très impatients de nous voir reprendre positivement le cours de notre vie.

Il faut souvent réintégrer très vite notre vie professionnelle ou scolaire sans avoir eu le temps de traverser les différentes phases du deuil.

Voici les phases que nous pouvons traverser lors de cette perte

Le choc / le déni.

À l’annonce de la mort, l’endeuillé(e) est comme anesthésié(e) par la disparition de l’être cher – la sensation est encore plus brutale lorsque la mort  était imprévisible – nous laissant sans émotion apparente, puis survient le déni.

La colère.

On en veut à l’être aimé d’être « parti », on en veut à la terre entière, aux circonstances, on se révolte contre ce que l’on ressent comme une injustice. C’est une étape extrêmement douloureuse et délicate à traverser, où s’expriment de fortes contradictions: accusations, sentiment de culpabilité, particulièrement si la personne survivante se reproche de n’avoir rien pu faire pour empêcher le décès de l’autre.

Marchandage ou négociation.

Frustré(e), on tente irrationnellement de « marchander » le retour du disparu. Confronté à l’irréversibilité des choses, on entre dans la phase de dépression.

La dépression/la tristesse.

Accepter la douleur.

En venant à reconnaître que la perte a bien eu lieu, la personne endeuillée sombre dans la déprime, la dépression. Incapable d’affronter le quotidien, passive, elle ne voit aucune issue à sa souffrance.
Cette phase de deuil, si elle stagne trop longtemps, doit alerter sur un éventuel état pathologique. (Un accompagnement thérapeutique serait nécessaire)

L’acceptation. Toute en acceptant cette nouvelle situation on commence à s’orienter vers de nouvelles portes à ouvrir.

Une manière de voir l’accompagnement des personnes endeuillées,est de vivre leur séparation physique avec le(la) bien aimé(e). Ne plus devoir l’oublier mais continuer à aimer la personne. Nous ne pouvons pas effacer notre passé et encore moins le vécu. De la même manière nous ne pouvons pas rayer de notre mémoire le défunt. Mais nous pouvons avoir une nouvelle vision du monde, se construire une nouvelle place, organiser une nouvelle journée avec des rituels différents.

La sophrologie,

Importance de la relaxation
La relaxation (état alpha et visualisation) favorise l’expression et la libération des blocages dus aux émotions. Elle apaise le niveau du cerveau émotionnel qui possède des mécanismes naturels d’auto-guérison.

Elle vous apporte, petit à petit, grâce à des exercices de respiration et de la relaxation, harmonie, calme, et des nuits paisibles. Une nouvelle façon de voir la vie et la capacité de laisser venir à vous de nouvelles perspectives.

Ira Graf

Votre coach et sophrologue

2 commentaires sur “L’accompagnement du deuil

  1. Article très bien construit, qui me touche beaucoup.
    Bravo Ira et merci de continuer à nous envoyer tous ces articles toujours plus intéressant les un que les autres.
    Bien cordialement
    Michel

  2. Un thème encore tabou à aborder et dans lequel vous faites passer différents messages, où chacun peut retrouver l’état, la phase, le moment où il se trouve et donc avancer et travailler pour trouver la fin du tunnel et revoir la lumière briller.
    Merci Ira d’éclairer chacun de nous par vos thèmes si bien expliqués et analysés.

Répondre à MICHEL VOVARD Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *